Enseigner l’histoire ou l’éternelle querelle française

J’ai publié le 3 mai dernier une tribune sur le site du Huffington Post consacrée à la dispute actuelle autour des nouveaux programmes d’histoire des collèges. J’ai hésité dans un premier temps à la publier directement dans mon carnet, mais la tribune relevait plus du débat public que du commentaire scientifique. Cette tribune tente de comprendre les programmes par une lecture interne volontairement « decontextualisée » du climat politique dans laquelle s’inscrit évidemment cette polémique, tout en essayant de les situer dans un contexte épistémologique et historiographique, qui tienne compte donc des manières de penser et d’écrire l’histoire aujourd’hui.

« On n’enseigne plus l’histoire de France à l’école! » Mais on y enseigne quoi alors?

« HISTOIRE – Les critiques actuelles contre les nouveaux programmes d’histoire, notamment dans le cycle 4 (classes de 5e, 4e et 3e) ont quelque chose de fascinant. Non par leur originalité, mais bien au contraire par la récurrence des arguments utilisés depuis plusieurs décennies sur la « disparition de la chronologie » ou l’effacement supposé de l’histoire nationale. Ce sont là des arguments usés jusqu’à la corde, qui font référence à un « âge d’or » purement imaginaire de l’enseignement de l’histoire , et semblent nier les progrès considérables faits depuis trente ans en termes d’ouverture sur l’histoire du temps présent, sur l’histoire de la mémoire, sur l’histoire globale, sur l’histoire des périodes sensibles, ou encore sur la dimension réflexive de la discipline. La seule relative nouveauté réside peut-être dans la polytonie du concert des lamentations,… «  Suite


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *